Je suis parisienne

Je suis provinciale

Je connais la mode, et pourtant je n’y connais rien

J’ai fait des études mais pour quoi faire, je suis autodidacte

Je cherche et je trouve, de tout, mais surtout les chiffons, c’est ça mon affaire

Je suis peintre, j’aime les couleurs

Je suis une dentelière

Je brode, je m’invente

J’aime, je rêve, les jolies choses, les belles robes

Protéger, ne rien abimer, reprendre à la main, restaurer les fleurs fanées

Je suis une chiffonnière

Je pars seule en zone sauvage, les friches, les fripes les tripes

C’est ma mémoire, ce que je porte ce que j’emporte,

J’ai mille ans

Je vis avec l’âge de ma fille, rue des roses,

Je collectionne tes rires que je couds dans tes ourlets

Je suis fleuriste

Je suis légère, la liberté ne pompe pas l’air

Elle et moi, nous nous choisissons mutuellement

J’ai une maison sur la colline, un joyeux bazar dans un jardin

J’ai une bibliothèque, de 1900 à maintenant c’est un siècle de vêtements

J’ai des prétextes pour l’amour

J’ai tout et je ne possède rien,

je suis une collectionneuse, je vais